Accueil > Réflexions au jour le jour > L’empire de la surveillance > Compteur Linky, un intrus chez vous

Compteur Linky, un intrus chez vous

jeudi 25 février 2016

Sources :
https://www.facebook.com/groups/StopLinky/search/?query=051-SCL-
http://la-bas.org/les-emissions-258/les-emissions/2015-16/l-empire-de-la-surveillance
Je pense que ce compteur soulève de multiples questions et donc ouvre de fait de nombreux thèmes à explorer.
Ce que beaucoup d’internautes soulèvent sur les réseaux sociauxi est effectivement du plus grand intérêt. Chacun(e) y va de ses interprétations et de ses connaissances. Pour autant notre équipe de "chercheurs" de ces différents groupes dispose d’un total d’informations conséquent et la principale difficulté est d’en faire la synthèse. J’ai tenté d’en entreprendre un bout mais effectivement, on se retrouve tôt ou tard à des limites de temps, d’énergie disponible et de compétences... En cela, l’intelligence collective de tous ceux et celles qui réfléchissent à ce sujet dispose certainement d’un avantage même par rapport à un organisme tel qu’ERDF. Et puis après tout, avons-nous besoin de tout comprendre et de maîtriser toutes les lois pour nous opposer collectivement ou individuellement à quelque chose qui va à l’encontre de notre conscience ? Voulons-nous rester prisonniers de démonstrations qui seront par définition limitées à ceux qui disposent de matérlel non accessibles à tout le monde pour les faire et qui nous mettent ainsi en dépendance de tel ou tel organisme.
Le compteur LINKY a bien évidemment pour effet de déposséder le citoyen du contrôle de sa propre installation en l’interconnectant contre son gré à un nouveau système en réseau. La compréhension exacte de ce qu’on fait de ses mesures à son domicile lui échappe. En cela, cela soulève des questions en partie similaires à celui du vote électronique, à savoir "Qui contrôle le vote électronique ?". Qui contrôle l’usage que fait des compteurs Linky un organisme comme ERDF ? Quelque part, on comprend bien même sans pouvoir l’argumenter que l’ouverture à la concurrence libre et non faussée de biens tels que la fourniture d’énergie conduit les citoyens à perdre la possibilité de peser sur les modes de production d’énergie et leurs conséquences relatives à l’écologie et au respect de l’autonomie des peuples.