Accueil > Réflexions au jour le jour > Un contre pouvoir à soutenir pour empêcher le gouvernement de faire n’importe (...)

Un contre pouvoir à soutenir pour empêcher le gouvernement de faire n’importe quoi et Démission hier du directeur financier d’EDF

mercredi 9 mars 2016

Je partage 100% l’analyse d’Annie Lobbé. C’est pourquoi, je relaie la déclaration qu’elle m’a adressée et vous en adresse une copie ci-dessous... Oui, c’est long à lire. Mais des informations convenablement étayées, cela demande un effort de rédaction. J’espère que vous aurez l’envie de lire jusqu’au bout afin d’acquérir comme je m’y emploie autant que je peux une vision d’ensemble des enjeux de ce compteur Linky dans le contexte bien particulier des liens incestueux entre ERDF et EDF d’une part et de la déconfiture à venir ou déjà là d’EDF et toutes les conséquences pour les citoyens qui vont devoir payer 30 ans d’erreurs et de désinformation à propos du nucléaire. La chute va être brutale. À priori 10% d’augmentation du prix de l’électricité par an pendant trois ans !
Un des principaux mensonges étant le coût réel du kWh d’origine nucléaire complètement biaisé par une foule de coûts cachés non répercutés dans la facture. Ceci a empêché tout développement d’un véritable débat et d’alternatives et aujourd’hui, nous allons tous payer pour ces errements. Dans cette perspective, Linky est là avant tout pour permettre à EDF de récupérer de l’argent et à l’état pour permettre de facturer différemment différentes sortes d’usage de l’électricité. La manne financière que représentaient les taxes sur l’essence et sur le gasoil est en effet aujourd’hui absente d’une voiture électrique rechargée directement sur le secteur. Il va donc falloir intégrer un dispositif qui permette de taxer différemment l’usage de l’électricité selon sa destination. Linky est un des éléments de cette stratégie dont je vous laisse imaginer les nombreuses variations... Pour cela, les différents types d’appareillages vont devoir s’identifier et leur identité sera relayé via le réseau CPL.
Est-ce cela que vous voulez ?

=========================================

Bonjour,

Un million de signatures en quelques jours et combien de personnes
dans la rue demain ?

J’ai signé la pétition contre la loi El Khomri lancée par la militante
féministe Caroline de Haas (voir ci-dessous), car je considère que ce
contre-pouvoir doit être soutenu pour faire dévier la trajectoire
insensée du gouvernement, qui se manifeste également dans son
entêtement sur le déploiement du Linky, à Notre-Dame-des-Landes,
à Flamanville avec la construction de l’EPR et à Fessenheim avec la
prolongation du fonctionnement de cette centrale hors d’âge, et sur
tant d’autres dossiers.

Avec la démission hier du directeur financier d’EDF*, nous voyons que
la pression monte. Poussons plus fort !

J’ai déjà fait cette expérience avec les antennes-relais sur le toit
de l’école à Saint-Cyr-l’école (Yvelines), où deux enfants étaient
morts de cancer du tronc cérébral : les habitants luttaient pour
obtenir le démontage des antennes. Nous avions l’impression de
pousser un mur, et un jour, les antennes ont été enlevées, et tout
d’un coup, il n’y avait plus de mur !

Tel est l’objectif que nous allons atteindre sur le Linky : par la
pression des citoyens, des associations et des collectifs, des
communes et aussi des acteurs professionnels, contraindre le
gouvernement à abroger le déploiement du Linky, et ERDF à
procéder au retrait de tous les compteurs Linky déjà installés.

Toujours pas de réponse, à ce jour, du Bâtonnier de Paris au sujet du
conflit d’intérêt concernant la note des avocats de Ravetto Associés.
Pas même pour accuser réception de ma question... Serait-ce une
question embarrassante ?

En cette Journée des femmes, je salue toutes les femmes qui se battent
pour préserver la condition humaine dans notre pays et sur la planète,
et je leur rend hommage !

Et je remercie toutes celles et ceux qui ont largement diffusé
l’Analyse juridique de la note Ravetto, en l’envoyant aux maires.

Pour ceux qui n’ont pas encore agi, il est encore temps de le faire :

http://www.santepublique-editions.fr/objects/mail-d-annie-lobe-du-6-mars-2016.doc
http://www.santepublique-editions.fr/objects/mail-d-annie-lobe-du-6-mars-2016.rtf
http://www.santepublique-editions.fr/objects/extraits-de-l-Analyse-juridique-note-Ravetto.pdf
http://www.santepublique-editions.fr/objects/Analyse-juridique-de-la-note-Ravetto-04-03-16-18h.pdf

Et aussi, à envoyer avant le 31 mars 2016 :
http://www.santepublique-editions.fr/petition-contre-linky-le-compteur-a-radiofrequences-c.html#lettreerdf

http://www.santepublique-editions.fr/petition-contre-linky-le-compteur-a-radiofrequences-c.html#abrogation

http://www.santepublique-editions.fr/petition-contre-linky-le-compteur-a-radiofrequences.html

Merci infiniment pour votre ténacité !
Bien sincèrement à vous,
Annie Lobé

Pétition : Loi travail : non, merci !
https://www.change.org/p/loi-travail-non-merci-myriamelkhomri-loitravailnonmerci?tk=sF0uEdyG-TdNYQpYi8q95Y5SsOg8F2_03B75hyJBSVA&utm_source=petition_update&utm_medium=email

Le 9 mars, je serai dans la rue pour dire #loitravailnonmerci à
@MyriamElKhomri !
Caroline DE HAAS
https://www.change.org/p/loi-travail-non-merci-myriamelkhomri-loitravailnonmerci/u/15753380?tk=sF0uEdyG-TdNYQpYi8q95Y5SsOg8F2_03B75hyJBSVA&utm_source=petition_update&utm_medium=email

*ERDF, responsable du déploiement du Linky, est une filiale
d’EDF à 100 %.
Au sein d’EDF, du sommet à la base de l’entreprise, il se dit que le
Linky n’est "pas fiable".

http://www.capital.fr/bourse/actualites/demission-du-directeur-financier-d-edf-qui-denonce-un-projet-nucleaire-au-royaume-uni-1106808

Démission du directeur financier d’EDF, la survie de l’électricien en
question

07/03/16 à 9:31 Mis à jour le 07/03/16 à 14:51

Le directeur financier d’EDF a remis sa démission, estimant que le
calendrier du projet de construction d’une centrale nucléaire à
Hinkley Point (au Royaume-Uni), trop avancé, pourrait mettre en péril
l’existence de l’électricien tricolore.

Nouvelles turbulences pour EDF 9,94 € | -1,74 % | 2016-03-08 17:40
Cours - Actualités

EDF (EDF-9,94 € -1,74 %) . Thomas Piquemal, le directeur financier, a
démissionné en raison d’un désaccord sur le calendrier du projet de
construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point, en
Grande-Bretagne. Selon l’agence Bloomberg, qui a révélé cette
information, Thomas Piquemal a présenté sa démission après avoir
manifesté ses inquiétudes sur le fait que l’annonce de la décision
définitive sur ce projet d’investissement pourrait avoir lieu dès le
mois d’avril, ce qui pourrait selon lui compromettre la situation
financière du groupe.

Cette démission a entraîné une chute de l’action d’EDF. Elle "est
clairement négative (...) car elle souligne l’importante différence
d’opinions au sein du groupe concernant [le projet Hinkley Point] qui,
s’il se réalise comme il est prévu, va mettre les finances du groupe
sous pression", a notamment estimé dans une note Bryan Garnier. Kepler
Cheuvreux a de son côté évoqué dans une note "une mauvaise nouvelle"
en soulignant le "bilan favorable" de Thomas Piquemal comme directeur
financier "et ses compétences solides en matière d’ingénierie
financière et de négociation".

>>> Vidéo. EDF annonce la réduction de ses effectifs, salariés mobilisés

Cela faisait des semaines que le directeur financier tirait la
sonnette d’alarme sur les risques que faisait peser le projet, dont le
coût est estimé à pas moins de 23 milliards d’euros, sur le bilan du
géant de l’énergie. Contrairement à son souhait initial d’en détenir
40 à 50%, EDF a dû se résoudre à porter sa participation dans le
projet à 66,5%, faute d’avoir pu attirer d’autres investisseurs, et
devra donc consolider son investissement par intégration globale, ce
qui l’obligera à céder des actifs pour contenir sa dette, qui
atteignait 37,4 milliards d’euros à fin 2015.

Selon une source proche du conseil, EDF risque aussi de renoncer à une
garantie du Trésor britannique en raison de taux jugés trop élevés et
du conditionnement de cette garantie au calendrier de mise en service
de l’EPR de Flamanville (Manche), qui connaît d’importants retards et
surcoûts.

L’action EDF a connu une véritable Berezina ces dernières années,
passant d’un record historique de 88 euros en 2007 à près de 10 euros
actuellement. Outre son endettement massif, l’électricien est pénalisé
par des tarifs bas et des investissements d’envergure. Il va notamment
devoir s’atteler à la rénovation de son imposant parc de réacteurs.

A cet égard, le directeur de l’Observatoire du nucléaire, Stéphane
Lhomme, a récemment exprimé à Reuters ses doutes quant à la capacité
du groupe à financer cette opération de rénovation. "La réalité c’est
que l’état des réacteurs nucléaires est de plus en plus dégradé et
qu’EDF est au bord de la faillite dans le sillage d’Areva", a-t-il
souligné. "EDF ne va pas avoir les moyens de rénover les 58 réacteurs
et les dirigeants vont devoir se résoudre à fermer un certain nombre
de réacteurs pour ces raisons", a-t-il estimé.
© Capital.fr (avec Reuters)


Voir en ligne : Pétition : Loi travail : non, merci !