Accueil > Réflexions au jour le jour > Construction des désaccords

Construction des désaccords

jeudi 6 avril 2017

Il nous faut non seulement mener notre combat mais aussi le penser.
C’est pourquoi, nous pouvons trouver dans cet extrait d’une vidéo matière à inspiration pour dépasser nos désaccords éventuels sur la façon de le mener...

Construction des désaccords

On considère que la différence, la divergence peut être une richesse...

Traitement des divergences : Construction des désaccords
par Patrick Viveret, philosophe

Déplacez le curseur de la video à 21mn et 25s.

C’est un processus où on part de l’hypothèse que ce qui est toxique, c’est pas le désaccord, c’est le malentendu avec les deux dégâts collatéraux du malentendu que sont le soupçon et le procès d’intention. Donc le désaccord, on le construit. On utilise l’image, « Il faut sortir la pépite du désaccord de la gangue des malentendus... ».

Quand on fait ça, on monte en qualité d’écoute, donc en qualité relationnelle, mais aussi en qualité cognitive, en qualité de connaissance.

Ensuite, on a la phase de construction de désaccord proprement dite qui consiste à dire : « Oui ! Nous sommes bien d’accord que c’est sur ces points que nous sommes en débat. »

Et puis ensuite, on a la troisième partie de traitement du désaccord mais où l’objectif n’est pas de trouver un compromis et encore moins un consensus.
C’est de monter en qualité.
Alors, il y a des tas de fois où on arrive à un dépassement dynamique du désaccord, il n’y a pas de raison de s’en priver. Mais il y a aussi des tas de situations où le désaccord est maintenu mais il permet d’avancer parce que la qualité de ce désaccord s’est tellement libéré des malentendus que à ce moment-là, on peut avancer.
Sur des sujets tels que le compteur Linky, ce serait typiquement des sujets où une vraie construction du désaccord, avec une vraie éthique du débat entre toutes les parties concernées et avec toutes les forces qui sont derrière d’avancer considérablement et si on ajoutait à ça une division des rôles et de dire après tout, on a besoin de faire deux choses, on a besoin d’un processus de mobilisation et de manifestation classique, mais on a besoin aussi de quelque chose de plus ambitieux, c’est d’engager un processus de réflexion sur notre manière d’agir, eh bien à ce moment-là, divisons les rôles...

Pour la suite, il s’agit d’une adaptation libre...
Certains peuvent être moteurs sur le processus liés à l’adoption de délibérations anti-linky par les conseils municipaux, d’autres sur les processus d’accompagnement des citoyens dans leurs démarches individuelles, d’autres dans la recherche de construction d’actions juridiques collectives, d’autres dans la recherche de moyens de visibilité médiatique par l’intermédiaire de telle ou telle personnalité sensible à notre cause, d’autres encore aux implications de ces capteurs de données sur le droit des individus à disposer de l’énergie comme ils l’entendent et bien d’autres sujets encore...


Voir en ligne : Construction des désaccords